mercredi 25 février 2015

Henri-Horace Roland de La Porte (1724-1793) - Nature morte avec oeufs et pain

http://astilllifecollection.blogspot.com


Henri-Horace Roland de La Porte (1724-1793) 
Nature morte avec oeufs et pain
Collection Privée

Que voit on ?  Sur une table en bois de gauche à droite : un verre de vin à moitié plein ; une écuelle de soupe en argent, vide ; deux oeufs  et un coquetier en verre;  du pain entamé ;  à l'arrière-plan un bouteille de vin et un  pot en céramique vernissée qui pourrait contenir un breuvage chaud comme de la soupe. 


Rappel biographique : Le peintre français Henri-Horace Roland de la Porte fut un  élève de Jean Batiste OudrySpécialisé dans les natures mortes  animalières , natures mortes avec  fruits mais aussi  trompe l'oeil, De La Porte est reçu à lAcadémie royale de peinture et de sculpture avec Vase de lapis, sphère et instruments de musique comme morceau de réception. Peignant de nombreuses natures mortes aux instruments de musique, il expose très fréquemment au Salon de 1761 à 1789. La proximité de son style avec celui de Chardin  a été souvent une source d’erreurs d’attribution comme précisément pour cette nature morte a la vielle encore quelquefois attribué aujourd'hui à Chardin.  Les deux peintres sont pourtant assez différents et leur touche n'a rien de commun. 
En 1765, Diderot écrit, excédé par ce rapprochement permanent entre De La Porte et Chardin  : 
« Dites à ceux qui passent devant Roland de La Porte sans s’arrêter, qu’ils n’ont pas le droit de regarder Chardin. Ce n’est pourtant ni la touche, ni la vigueur, ni la vérité, ni l’harmonie de Chardin ; c’est tout contre, c’est-à-dire à mille lieues et à mille ans. C’est cette petite distance imperceptible, qu’on sent et qu’on ne franchit point. Travaillez, étudiez, soignez, effacez, recommencez, peines perdues. La nature a dit : Tu iras là, jusque là, et pas plus loin que là. Il est plus aisé de passer du pont Notre Dame à Roland de La Porte, que de Roland de La Porte à Chardin. » 

2018 - A Still Life Collection 

Un blog de Francis Rousseau