dimanche 30 août 2015

Eliot Hodgkin (1905-1987)



Eliot Hodgkin (1905-1987)
The browns 
London, Royal Academy
(Summer Exhibition 1979)

Que voit-on ? Comme le titre l'indique une  études  détaillée sur  les bruns qui rassemblent plusieurs objets comme des coquilles d'oefs, des noix, des oignons, des glands, des feuilles mortes, une pierre et une petit paquet en  papier noué par un ruban blanc.

 Rappel biographique : Le peintre britannique Eliot Hodgkin a réalisé de nombreuses natures mortes de plantes, de fruits, de légumes et d'autres objets inanimés avec une précision digne des grands illustrateurs botaniques des siècles passés. Cette grande précision et le luxe de détails de ces planches l'ont rendu grandement apprécier des botanistes et des scientifiques agissant dans le domaine environnemental. Après sa mort, plusieurs œuvres de sa collection furent vendues par les soins de Christie's. Son prix record est une nature morte intitulée Violet II, tempera sur panneau, 7 par 15 cm, vendu 51 700 £ chezChristie's  South Kensington, le 6 septembre 2000. Hodgkin occupe une place réellement à part dans l'histoire de la nature morte au 20e siècle. La Royal Academy of Arts conserve, et aussi plusieurs dessins et tableaux de ce peintre dont l'oeuvre est hommage frontal, obstiné et très figuratif à l'environnement  dans un siècle qui a grandement participé à sa destruction. 

samedi 29 août 2015

Christian Friedrich Gille (1805-1899)






Christian Friedrich Gille (1805-1899)
Study of vegetables (1839)

Le peintre allemand Christian Friedrich Gille est aussi connu pour avoir été graveur et lithographe 
Ses talents de peintre paysagiste lui ont valu le surnom de "Corot allemand". Ses œuvres se caractérisent  par leur énergie et leur modernisme. Ses peintures, tournent beaucoup autour de la description de situations quotidiennes et d'études de la nature et de ses objets, d'ou les quelques natures mortes remarquables qu'il a peints avant de sombrer dans la folie en 1880. C'est d'ailleurs  
le modernisme de ces natures mortes  impressionnistes avant la lettre qui  vaudra à son travail d'être très honoré  en Allemagne à titre posthume.

Ce blog a publié plusieurs natures mortes de ce peintre. 
Pour toutes les retrouver cliquez sur l'onglet libellé et retrouver le nom du peintre.

vendredi 28 août 2015

Edme Jeaurat (1688-1738)



Edme Jeaurat (1688-1738)

Nature morte aux ustensiles de cuisine (1766)


Le graveur et marchand  d'estampes français Edme Jeaurat  appartient à une dynastie d'artistes et de scientifiques très connues au 17e et 18e siècles.  Edme a commencé son apprentissage à Paris chez le graveur  Bernard Picart avant de rendre aux Pays-Bas où il se met à copier les grands maîtres de la peinture hollandaise (et donc les natures mortes)  tout en les étudiant. De retour  à Paris en 1721, lui et son frère Etienne commencent à travailler ensemble, Edme gravant les toiles de son frère Étienne, ce qui lui vaut une belle réputation. Ils disposent d'un atelier-boutique rue Saint Jacques appelé « Chez les frères Jeaurat ». Le financier Pierre Crozat le contacte pour graver les tableaux de sa collection.  On connaît de lui des gravures exécutées sur cuivre d'après des tableaux de Poussin, Veronèse et Watteau et quelques très rares natures mortes comme celle ci.   

jeudi 27 août 2015

David Johnson (1827-1908)



David Johnson (1827-1908)
Still Life

Le peintre américain David Johnson faisait partie de la deuxième génération de peintres appartenant  à l'Hudson River School. Elève  de Jasper Francis Cropsey il est surtout connu aujourd'hui pour être celui qui a développer le mouvement  dit "luministe" aux Etats-Unis. Les œuvres  de Johnson sont généralement de petite taille, bien peinte, délicatement composées et richement colorées. Ses peintures  représentent surtout des paysages du Nord-Est américain et rares sont ses natures  mortes. 
A partir de 1850, Johnson a été exposé régulièrement à la National Academy of Design de New York, dont  il est devenu un associé en 1859.  

mercredi 26 août 2015

Camille Pissarro (1830-1903)





Camille Pissarro (1830-1903)
Nature morte au panier de poires (1872)
Musée Granet (Aix-en-Provence)

Que voit-on ? Sur une desserte recouverte d'une nappe blanche dont les pli sont très visibles, devant un mur tendu d'un papier peint  à motif fleuri, exactement au centre  de la composition : un panier de récolte en osier à  grande anse contenant six poires de différentes couleurs (verte, jaune, rouge) diversement disposées. Les ombres portées de l'anse du panier et des poires laisse entendre que la lumière pénètre par la droite et donc par l'ouest.  La signature est en haut à droite.

Rappel biographique : Jacob Abraham Camille Pissarro, dit Camille Pissarro, est un  peintre français d'origine danoise, qui appartient au mouvement de l'impressionnisme et du neo-impressionnisme. Théoricien du mouvement anarchiste, il fréquente assidûment les peintres de la Nouvelle-Athènes qui appartiennent au mouvement libertaire. Il partage cette position avec Paul Gaughin avec lequel il eut cependant des relations très tendues. Peintre de paysage et de scène de rues, Pissaro a peint moins d'une dizaine de natures mortes dans toute sa carrière.  

Ce blog a publié plusieurs natures mortes de ce peintre. Pour toutes les retrouver cliquez sur l'onglet libellé et retrouver le nom du peintre.

mardi 25 août 2015

Marius Borgeaud (1861-1924)



Marius Borgeaud (1861-1924)
Nature morte à la cocotte
Collection Privée

Rappel biographique : le peintre suisse Marius Borgeaud est connu pour être un des chefs de file européen d'un mouvement pictural contemporain de l'impressionnisme et très célèbre aux Etats-Unis : le luminisme.  Arrivé à la peinture vers l'âge de 40 ans, il fréquente des artistes plus jeunes que lui d’une génération comme Francis PicabiaPaul de CastroMaurice AsselinÉdouard Morerod qui deviendront ses amis. Puis il part s'installer en Bretagne, à Rochefort-en-Terre (Morbihan)  localité dans laquelle naissent deux de ses séries les plus connues, effectuées dans la mairie et dans la pharmacie du village.  Elles lui valent un grand succès au Salon des Indépendants et lancent pour ainsi dire sa carrière. Borgeaud a peint peu de natures natures isolées (à peine 5 et toujours sur de sujets très surprenants) mais dans presque chacune de ces oeuvres, il est possible de trouver une naitre morte dans un coin de pièce ou devant un fenêtre. 

lundi 24 août 2015

Francisco de Zurbarán (1598-1664) - La maison de Nazareth



Francisco de Zurbarán (1598-1664) 
La maison de Nazareth (détail).
Palais des Beaux Arts de Bruxelles

Que voit- on ?  Détail sur une table ; un livre ouvert dont les liens débordent de l'entablement et ressemblent étrangement a des vers en mouvement,  deux poires encore accrochés a leur branchage et qui ressemblent à une paire de castagnettes.

Rappel historique : le peintre espagnol  Francisco de Zurbarán appartient au Siècle d'or espagnol. Surtout célèbre pour ses sujets religieux et ses peintures dévotes souvent d'une grande puissance et d'un grand mysticisme, il a commencé par y glisser quelques natures mortes avant de peindre des natures mortes pour elles-mêmes à part entière (comme ici avec ce simple  plateau de grenades) et d'en devenir un maître absolu. Contemporain et ami de Vélasquez, Zurbarán s'est distingué par la grande force visuelle de ses sujets et par un style austère et sobre qui le rapproche beaucoup des maîtres maniéristes italiens. Bien qu'à son époque la nature morte ait été considérée comme un genre mineur, Zurbarán ne pense pas déchoir lorsqu'il peint  - en sujet isolé -  le  mouton aux pattes liées de l'Agnus Dei. Dans ses natures mortes,  Zurbarán fait toujours preuve d'une attention affectueuse à l'égard d'objets modestes qu'il dote d'une valeur symbolique,  au point que « ses natures mortes ont une densité, une plénitude si poussée que, même quand elles ne sont qu'un des éléments d'une composition, leur présence s'impose autant que la scène principale » (Encyclopædia Universalis).
« Tout au long de sa carrière, Zurbarán attache un soin particulier à la représentation des objets. Depuis la précieuse tasse avec une rose apparaissant dans ses premiers tableaux, La Guérison miraculeuse du bienheureux Regnaud d'Orléans jusqu'aux derniers fruits sur une assiette d'étain de La Vierge, l'Enfant et saint Jean, daté de 1662  » (Catalogue de l'exposition de 1988, p. 171).

____________________________________________
2015 - A Still Life Collection
Un blog de Francis Rousseau 

samedi 22 août 2015

William Scott (1913-1989) - Eggs and lemons





William Scott (1913-1989)
Eggs and lemons

Le peintre britannique William Scott est à la fois célèbre pour ses natures mortes et ses toiles abstraites.  Il séjourna un peu à Pont Aven (France) mais c'est pendant son séjour Etats-Unis  où il rencontra Jackson Pollock, Elaine de Kooning, Franz Kline et Mark Rothko qu'il évolua vers l'abstraction. En 1958, il représenta la Grande-Bretagne à la Biennale de Venise. Ses natures mortes sont la propriété des plus grands musées de la planète. 

vendredi 21 août 2015

Pierre Tal Coat (1905-1985) - Nature morte cubiste au pichet et au citron



Pierre Tal-Coat (1905-1985)
Nature morte cubiste au pichet et au citron
Collection privée

Que voit-on ? Il s'agit d'un traitement pictural ou l'influence du cubisme est très présente. Quatre couleurs seulement sont employées : blanc,  bleu, jaune, noir ...et un glacis de rouge comme une trace de sang  frais  et effacé sur un endroit de la toile.

Rappel biographique : Le peintre, graveur et illustrateur français Pierre Tal Coat (pseudonyme de Pierre Jacob pour éviter l'homonymie avec Max Jacob quimpérois comme lui), apparenté au mouvement de l'École de Paris a peint une série importante de natures mortes, toutes réalisées en 1942, en pleine guerre, alors qu'il se trouvait réfugié  à Aix-en-Provence. De toutes ces peintures très dépouillées et exécutées avec une grande économie de moyens, il se dégage une grande force.

jeudi 20 août 2015

John Bernhardt (1921-1963)






John Bernhardt (1921-1963) 
Still lIfe (1953-59)

Le peintre américain John Bernhardt appartient au mouvement moderniste et a plutôt été intéressé par la peinture de l'environnement industriel et citadin que par les natures mortes. Il en a peint cependant quelques unes, à la fin de ses années new-yorkaises et avant de s'installer à Santa Barbara  (Californie) ou il commença à réaliser des assemblages et des collages. 

mercredi 19 août 2015

Bror Julius Olsson Nordfeldt (1878-1955)




Bror Julius Olsson Nordfeldt (1878-1955)
Still life with squash


Le peintre américain Bror Julius Olsson Nordfeldt est surtout connu pour ses marines, ses paysages et ses scènes de la vie du Nouveau Mexique dont la culture indigène l'inspirait beaucoup. IL a peint tres peu de nature mortes et c'est qui les rend si rare et si appréciées, mais même dans les quelques toiles de ce genre qu'il a peintes, il n'a pu s'empêcher d'introduire des éléments typiques de la flore du Nouveau Mexique. 

mardi 18 août 2015

Julian Alden Weir (1852-1919)





Julian Alden Weir (1852-1919) 

Still Life (1902-1905)

Le peintre impressionnistes américain Julian Alden Weir  fut  l'un des membres du Ten American Painters, une association d'artistes insatisfaits des prestations des organisations d'artistes professionnels, qui s'unirent, en 1898, pour  exposer en commun leurs œuvres. Avant de s'installer aux Etats-Unis, Julian Alden Weir était venu étudier les beaux-arts en France sous la direction de Jean-Léon Gérôme On le confond de temps en temps avec son frère  aîné, John Ferguson Weir qui  devint également un peintre célèbre dans le style des écoles de l'Hudson et de Barbizon. Il a peint beaucoup de portrait, quelques paysages et très peu de natures mortes. 

lundi 17 août 2015

Paul Serusier (1864-1927)






Paul Serusier (1864-1927)
Nature morte à la motte de beurre (1920)

Le peintre français Paul Sérusier est né à Paris, entre à l’Académie Julian en 1888 et devient massier des petits ateliers que fréquentaient alors Denis, Ranson et Bonnard. En octobre 1888,  on le retrouve à Pont-Aven où il fait la connaissance de Gauguin qui l’initie à sa nouvelle esthétique.  Sérusier fonde alors la confrérie des Nabis. Son tableau le plus célèbre est Le Talisman, l'Aven au Bois d'Amour peint en 1888 et  conservé au Musée d'Orsay à Paris.  Très peu de natures mortes dans son oeuvre mais toujours très représentatives de l'esthétique Nabis et de son postulat de" recherche de d'authenticité et de retour aux sources " Cette  "Nature morte à la motte de beurre" est une variation de la nature morte au citron postée sur ce blog le 20 juin 2014. La composition est en tout point identique  : un pichet, deux tasses, une soucoupe, des linges et un entablement. Les variations concerne les linges,  et surtout le traitement des Jaunes  :  un branche de genêt dans l'une et pas dans l'autre, une motte de beurre remplaçant le citron.
La touche est aussi un peu différente.  A titre de comparaison la voici de nouveau :




Ce blog a publié plusieurs natures mortes de ce peintre. Pour toutes les retrouver cliquez sur l'onglet libellé et retrouver le nom du peintre.




dimanche 16 août 2015

Maurice de Vlaminck (1876-1958) - Nature morte aux fruits rouges et nappe bleue



Maurice de Vlaminck (1876-1958)
Nature morte aux fruits rouges et nappe bleue

Le peintre français  Maurice de Vlaminck s'est illustré dans les courants fauviste et cubiste. Peintre de figures, portraits, nus, paysages, paysages animés, paysages urbains, intérieurs, natures mortes, fleurs et fruits, peintre à la gouache, aquarelliste, graveur, dessinateur et illustrateur, il fut aussi écrivain, et a publiant vingt-six livres, romans, essais et recueil de poèmes. Ses natures mortes quelquefois très inspirées de celles de Cézanne sont des explosion de couleurs et de formes qui font assez souvent de lui, un peintre abstrait avant la lettre. C'est le cas dans cette Nature morte aux fruits rouge et nappe bleue

samedi 15 août 2015

Mary Cassatt (1844-1926)





Mary Cassatt (1844-1926)
Lilacs in a Window (1880)

La peintre et graveuse américaine Mary Cassatt a fait l'essentiel de sa carrière en France  où elle est arrivée a l'âge de 7 ans.  Amie d'Edgar Degas, ses peintures, ses gravures et ses dessins de  la maturité doivent cependant sont volontiers classés dans les mouvements post-impressionnistes et Nabis, avec qui elle partage un net intérêt pour les peintres et graveurs de l'ukiyo-e. Connue pour ses portrait de femmes et ses protaits d'enfants, Mary Cassatt ne s'est essayé qu'une seul fois au genre de la nature morte avec ces Lilas à la fenêtre.


vendredi 14 août 2015

Henri Matisse (1869-1954) - Nature morte au verre d'eau



Henri Matisse (1869-1954) 
Nature morte au verre d'eau

Le peintre français Henri Matisse, chef de file du Fauvisme figure majeure du 20e siècle, a peint tout au long de sa vie, un très grand nombre de Natures mortes dans des styles aussi différents que les périodes qu'il a traversées.  Il aimait particulièrement ce genre à tel point qu'une de ses toutes premières peintures connues, actuellement conservée eau Musée Malraux du Havre (France) est une nature morte, Nature morte au pichet peinte en 1896-97. Cette Nature morte au verre d'eau, très impressionniste fait partie des oeuvres qu'il a peintes au debut du 20siècle, cependant si l'on s'amuse a en ôter les couleurs, on reconnait immédiatement la simplicité et la sûreté du trait si typique de la fin de sa vie.

Ce blog a publié plusieurs natures mortes de ce peintre. Pour toutes les retrouver cliquez sur l'onglet libellé et retrouver le nom du peintre.

jeudi 13 août 2015

Henri Le Sidaner (1862-1939) - La tasse de thé



 http://astilllifecollection.blogspot.com


Henri Le Sidaner (1862-1939)
La tasse de thé, 1923
Huile sur toile (65 x 54 cm)
Musée du Touquet-Paris-Plage 

Rappel biographique : Le peintre français post impressionniste Henri Le Sidaner  fut ami de Claude Monnet et élève aux Beaux Arts de Paris de Cabanel qu'il soutint toute sa vie. C'est  à partir de l'année 1900 qu'il se consacre à une peinture intimiste dont il exclut systématiquement toute figure humaine : jardins déserts, tables servies pour d'hypothétiques hôtes et présentant de magnifiques natures mortes (qui disent rarement leur nom,) campagnes solitaires expriment une vision silencieuse et paisible, nimbée de mystère. Son succès ne se démentira pas de son vivant. Dans la recherche de l'instant intime, de « l'arrêt sur image », les toiles que Le Sidaner peint à  Gerberoy où il habite à partir de 1900,  dépeignent une incomparable douceur de vivre en même temps qu'elles déclinent selon l'heure et la saison des accords chromatiques variés. A partir de l'été 1903  c'est le début des motifs d'intérieur à la fenêtre ouverte et des tables de jardin, des crépuscules... À l'aide d'un soigneux arrangement de nature morte, le peintre décline harmonieusement la sensation du « temps qui s'arrête ». C'est ce qui lui a souvent valu d'être comparé à Marcel Proust dans le domaine de la littérature.

____________________________________________
2015 - A Still Life Collection 
Un blog de Francis Rousseau 

mercredi 12 août 2015

August Sander (1876-1964) - Still Life 1951




http://astilllifecollection.blogspot.com

August Sander (1876-1964) 
Still Life (1951)
Vintage gelatin silver print mounted on board

Ce photographe allemand, dont l'oeuvre est immense et surtout connue pour ces photographies documentaires au milieu desquelles sont venues se glisser quelques natures mortes d'ustensiles qui ont beaucoup impressionné la génération des photographes de années 1970 et 1980.  

mardi 11 août 2015

Robert Mapplethorpe (1946-1989)



Robert Mapplethorpe (1946-1989)
Pineapple

Que voit-on ?  Posé sur un lit de sable occupant le quart du bas de cadre, au centre, un ananas entier présenté debout, la hampe vers le haut. La hampe est  plus volumineuse que le corps du fruit.Violemment éclairé par la droite, le fruit projette sur le sable une ombre principalement constituée par la hampe.  Le fond de la photo occupant les trois quarts restant du cadre est sombre  pour une infime partie et noir pour la grande majorité.

Rappel biographique : Le photographe américain  Robert Mapplethorpe est beaucoup plus célèbre pour ses portraits en noir et blanc très stylisés et ses nus masculins. que pour ses natures mortes. Le caractère cru et érotique des œuvres du milieu de sa carrière a déclenché de nombreuses polémiques  aux États-Unis toujours très puritains même en matière de creation artistique et lui ont valu une réputation sulfureuse... qu'il revendiquait avec fierté ! Ses natures mortes sont en nombre très limitées et sont souvent porteuses, elles aussi,  de références sexuelles ou érotiques, plus ou moins prononcées.  


lundi 10 août 2015

Max Beckmann (1884-1950)



Max Beckmann (1884-1950)
Still life with two candles

Le peintre allemand Max Beckmann était aussi graveur, sculpteur et écrivain  et appartenait au mouvement expressionniste  et plus précisément à la branche Neue Sachlichkeit (Nouvelle objectivité) de ce mouvement.  Il connut un immense succès jusqu'en 1933,  date à laquelle Hitler arriva au pouvoir en Allemagne et décide que la peinture moderne est dégénérée. Beckmann faisait partie de ces peintre dégénérés que les Nazis persécutèrent pour leur expression artistique.  Il dut démissionner de tous ses fonctions pédagogiques officielles avant que 500 de ses oeuvres ne soient saisies  dans ls musées. Il quitta l'Allemagne le jour même ou Hitler fit son discours sur l'art dégénéré à la radio.  Beckmann se réfugia en Hollande pendant 10 ans, puis s'exila définitivement aux Etats-Unis, après la guerre. Le petit nombre de ses natures mortes qui sont parvenues jusqu'à nous sont toutes empreintes d'un symbolisme très puissant.

dimanche 9 août 2015

Gustave Courbet (1819-1877) - Nature morte aux pommes et à la poire



Gustave Courbet (1819-1877)
Nature morte aux pommes et à la poire (1871)
Collection privée

Que voit on ? Un ensemble de pommes rouges et de poires  présentées, à même le sol,  sous différents angles. Cette  nature morte des années 1871-1872 est directement liés à la détention de Gustave Courbet à Ste Pélagie. Sur cette nature morte, figure l'inscription Sainte Pelagie. Courbet clame ainsi, avec ostentation, sa captivité vécue comme une cruelle injustice. 
Pendant sa détention Courbet 'attache à quelques fruits (des pommes le plus souvent) posés sur le rebord d’une fenêtre, au pied d'un arbre ou directement sur le  sol. Ces fruits devenant les métaphores de sa solitude, de sa tristesse. Pourquoi cet emprisonnement ?  Fidèle à son attitude de révolté, et après avoir refusé la Légion d'Honneur que lui offrait le gouvernement impérial, le peintre, depuis longtemps engagé politiquement, en vint à jouer un rôle dans la chute de l'Empire. Élu Président de la Fédération des artistes, tout en déployant une énergie remarquable pour préserver les richesses des Musées Nationaux pendant le Siège et pendant la Commune, il demande, dans une lettre au gouvernement provisoire, la destruction de la colonne de la place Vendôme, symbole de L'Empire. La colonne fut abattue quelques mois plus tard. Reconnu complice, Courbet fut condamné à six mois de prison et à cinq cents francs d'amende. Cette calomnie transforma la fin de sa vie en un long calvaire. Le 22 septembre 1871, il est incarcéré à la prison Sainte-Pélagie à Paris, cellule 4. Il reçoit les visites de sa sœur, Zoé Reverdy, qui lui apporte des fleurs et des fruits et le 2 novembre, on lui donne une palette et des pinceaux. N'ayant pas l'autorisation de recevoir des modèles vivants, Courbet renoue avec les natures mortes peintes dix ans auparavant.
Malade, et prisonnier sur paroles, il est hospitalisé à partir du 6 janvier 1872 à la clinique du Docteur Duval de Neuilly. Les lettres de Zoé Reverdy à Alfred Bruyas*, de janvier à mai 1872, nous apprennent que “ Gustave peint des fleurs et des fruits...”“ Gustave est enthousiasmé de ses tableaux de fruits...”, “ Gustave fait des tableaux de fruits en grand nombre...”. On peut juger ici de la beauté de ces oeuvres. Les soucis pécuniaires accompagnent sa détention, mais les amateurs et les marchands ne l'abandonnent pas. Il vend de nombreux tableaux à Durand-Ruel, dont cette Nature morte, pommes et poire.


Rappel biograhique :   Le  peintre et sculpteur français, Gustave Courbet est principalement reconnu pour le réalisme de ses œuvres opposées aux critères de l'académisme et transgressant la hiérarchie des genres, comme Un enterrement à Ornans (1850), qui provoqua le scandale chez ses contemporains. Anticlérical, ami de Proudhon et proche des anarchistes, il fut l'un des élus de la Commune de Paris de 1871. Accusé d'avoir fait renverser la colonne Vendôme, il fut emprisonné et est condamné à la faire relever à ses propres frais. Réfugié en Suisse, il meurt avant d'avoir commencé à rembourser.
Gustave Courbet enduisait sa toile d’un fond sombre, presque noir, à partir duquel il remontait vers la clarté. Cette technique est, peut-être, en train de condamner les œuvres de Courbet. En effet, ce goudron tend, avec le temps, à remonter à travers la peinture et à assombrir dangereusement les tableaux.
Courbet a eut parfois recours à la photographie, en particulier dans la représentation du nu féminin : comme Eugène Delacroix avant lui, il utilise des clichés à la place des traditionnelles séances de pose assurées par des modèles vivants. Ainsi, la figure centrale des Baigneuses (1853) s'inspire d'un cliché du photographe Julien Vallou de Villeneuve. De même, l'Origine du monde, tableau  qui fit récemment encore parlé de lui pour avoir été censuré par Facebook, rappelle, par son cadrage serré, les stéréophotographies pornographiques d'Auguste Belloc.

En 2013, un dossier plaidant pour le transfert de la dépouille de Gustave Courbet (conservée dans le cimetière d’Ornans depuis 1919) vers le Panthéon est déposé par le psychiatre Yves Sarfati auprès du président des Centre des monuments nationaux Philippe Bélaval. La proposition d’hommage posthume à l’artiste apparaît lors du colloque Transferts de Courbet à Besançon en 2011. Il est appuyé par une tribune de Thomas Schlesser dans le Quotidien de l’art du 25 septembre 2013 (numéro 250), où il est affirmé que « la République a une dette envers sa mémoire » ; puis par une tribune dans la rubrique « idées » du Monde.fr d’Yves Sarfati et de Thomas Schlesser, où il est dit qu’ « en honorant Courbet, c'est l'engagement républicain et la justice, que l'on honorerait », qu’ « en honorant Courbet, c'est le monde d'aujourd'hui et celui des Beaux-arts, que l'on honorerait » et qu’ « en honorant Courbet, c'est la Femme, avec un grand F, que l'on honorerait. » Parmi les membres du comité de soutien à la panthéonisation de l’artiste, on trouve : Nicolas Bourriaud, Annie Cohen-Solal, Georges Didi-Huberman, Xavier Douroux, Romain Goupil, Catherine Millet, Orlan, Alberto Sorbelli…

samedi 8 août 2015

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) - Pommes



Pierre-Auguste Renoir (1841-1919)
Pommes (1875)
The Barnes Foundation (Philadelphia)

Que voit-on ?  Sur un fond  blanc au travers duquel on aperçoit par endroits la trame de la toile, deux pommes (sujets favoris de Courbet dont il s'inspira beaucoup dans ses natures mortes), dans une représentation presque abstraite. Pour Renoir  un prétexte à une étude de couleurs vives, dans une touche très proche de celle de Van Gogh.

Rappel biographique : L'un des plus célèbres peintres français, Pierre-Auguste Renoir, membre éminent s'il en est du mouvement impressionniste a peint beaucoup de natures mortes, comme l'ensemble de ses collègues impressionnistes d'ailleurs qui ont participé au renouveau de ce genre vieux de plus de 3000 ans. Au début de sa carrière, ses natures mortes s'inspirent beaucoup de celles de Courbet avant d'imposer le style unique que l'on connait. La dernière toile qu'il aurait voulut peindre serait une nature morte florale. Sur son lit de mort, Renoir aurait demandé une toile et des pinceaux pour peindre le bouquet de fleurs qui se trouvait sur le rebord de la fenêtre. En rendant pour la dernière fois ses pinceaux à l'infirmière il aurait déclaré : « Je crois que je commence à y comprendre quelque chose ».

Ce blog a publié plusieurs natures mortes de ce peintre. Pour toutes les retrouver cliquez sur l'onglet libellé et retrouver le nom du peintre.

vendredi 7 août 2015

Charles Camoin (1879-1965) - Nature morte aux bananes et au bol




Charles Camoin (1879-1965)
Nature morte aux bananes et au bol

Le peintre français Charles Camoin qui appartint au mouvement du fauvisme est  surtout reste célèbre par une décision judiciaire  qui a fait jurisprudence en matière de droit d'auteur et qui porte le nom d' "Affaire Camoin".  Pour rappel des faits, le peintre avait lacéré en 1914 une soixantaine de toiles dont il n'était pas satisfait et avait jeté les débris dans la poubelle de son immeuble. Les débris furent ramassés par un chiffonnier qui les vendit au marché aux puces. En 1925, le peintre apprend que certaines de ces toiles ont été reconstituées et vendues par Francis Carco. Selon le tribunal, « la propriété des morceaux lacérés ne peut faire obstacle à l'exercice par l'auteur de son droit de divulgation. L'acquisition de la propriété ne se limite qu'au support, l'auteur reste maître malgré l'abandon de son œuvre de faire respecter ses droits. Seul le support sera l'objet du mécanisme de la possession, les droits d'exploitation restant toujours entre les mains de l'auteur tant qu'il ne les aura pas cédés et ce même s'il n'a plus le support entre ses mains ».  
Parmi les soixante toiles lacérés, beaucoup de portraits et de paysages mais peu de natures mortes, un genre auquel, en bon élève de Gustave Moreau,  Camoin s'essaya assez peu, si ce n'est pour se comparer à son ami Cézanne

____________________________________________
2015 - A Still Life Collection 

Un blog de Francis Rousseau 

jeudi 6 août 2015

Albert Marquet (1875-1947) - Nature morte à la nappe



Albert Marquet (1875-1947) 
Nature morte à la nappe (1904)

Que voit-on ?  La nappe blanche sur fond rouge est effectivement le sujet central. Les autres éléments de la nature morte dont une assiette sont laissés dans l'imprécision, si bien que l'assiette pourrait contenir aussi bien du poulet que des poires !  Une bouteille dansante et un vase vide en porcelaine blanche et bleu vide peuple cet espace, écocateur de douceur de vivre et d'élégance.

Rappel biographique : Maître du paysage au regard aiguisé, le peintre français Albert Marquet a gardé de sa période fauve un certain sens de la couleur et de la lumière. Ami de Matisse et de Derain, il fait partie  du mouvement des post impressionnistes. Les natures mortes qui sont  assez rares chez ce grand paysagiste sont toujours un régal pour les yeux. 

2015 - A Still Life Collection 
Un blog de Francis Rousseau

mercredi 5 août 2015

William Mc Cance (1894-1970)




William Mc Cance (1894-1970)

Still life with a melon

Le peintre écossais  William Mc Cance fait figure d'exceptions dans l'histoire de la peinture de son pays.  Très libre d'esprit, objecteur de conscience pendant la Premiere guerre mondiale (et emprisonné pour cela) , il montre la même indépendance dans sa peinture, au delà des modes des mouvements et des écoles.  Ses quelques natures mortes démontrent ses talents de coloristes en marge du fauvisme. 

mardi 4 août 2015

Eliot Hodgkin (1905-1987)




Eliot Hodgkin (1905-1987) 
Nine Spring Turnips (1950)
Private collection 

Que voit on ? sur entablement de pierre 9 navets de printemps superbement décrit dans toutes leur richesse de formes et de couleurs.  Dans les natures mortes anciennes le navet était soit  associé à la froideur et  à l'indifférence  (parce qu’il était récolté pendant les mois d’hiver) soit  - à l'exact opposé -  à une connotation érotique,  le navet ayant la  réputation d'être un  légume aphrodisiaque.

 Rappel biographique : Le peintre britannique Eliot Hodgkin a réalisé de nombreuses natures mortes de plantes, de fruits, de légumes et d'autres objets inanimés avec une précision digne des grands illustrateurs botaniques des siècles passés. Cette grande précision et le luxe de détails de ces planches l'ont rendu grandement apprécier des botanistes et des scientifiques agissant dans le domaine environnemental. Après sa mort, plusieurs œuvres de sa collection furent vendues par les soins de Christie's. Son prix record est une nature morte intitulée Violet II, tempera sur panneau, 7 par 15 cm, vendu 51 700 £ chezChristie's  South Kensington, le 6 septembre 2000. Hodgkin occupe une place réellement à part dans l'histoire de la nature morte au 20e siècle. La Royal Academy of Arts conserve, et aussi plusieurs dessins et tableaux de ce peintre dont l'oeuvre est hommage frontal, obstiné et très figuratif à l'environnement  dans un siècle qui a grandement participé à sa destruction. 

lundi 3 août 2015

Henri Lebasque (1865-1937) - Nature morte aux raisins et pommes

http://astilllifecollection.blogspot.com


Henri Lebasque (1865-1937)
Nature morte aux raisins et pommes

Henri Lebasque est un peintre post-impressionniste français peu connu aujourd'hui. En 1893, Henri Lebasque rencontre Luce et Signac, et adopte pour quelques années le pointillisme. Vivant dans les années 1900 à Lagny, il peint les proches bois de la Marne. C’est à partir de sa découverte du Midi de la France que va s’opérer une transformation radicale dans sa peinture, modifiant sensiblement sa palette.  Ami et le voisin de Pierre Bonnard au Cannet, Lebasque est Peintre de la lumière,  un coloriste et  un dessinateur hors pair qui exprime dans son art sa vision enjouée de la vie. L'ensemble de ses œuvres met en avant l’amour de la vie, de la beauté, de la sérénité et de la paix qui l'habitent.

____________________________________________
2015 - A Still Life Collection 
Un blog de Francis Rousseau 

dimanche 2 août 2015

Jean-Baptiste-Siméon Chardin (1699-1779) - Les attributs des sciences (1763)





http://astilllifecollection.blogspot.com

Jean-Baptiste-Siméon Chardin (1699-1779) 
Nature morte - Les attributs des sciences (1763)
Musée Jacquemart-André- Paris

Que voit on ?  Chardin a choisi un sujet savant que l’on décrypte grâce à de nombreux détails. Pour évoquer les Sciences, il figure une mappemonde, une longue-vue, un microscope, une équerre, des cartes géographiques et quelques livres.  Sur la toile qui fait pendant à celle-ci, les Arts sont représentés par un buste en marbre, un bas-relief, un maillet, une palette et des pinceaux ainsi que des rouleaux de papier. Mais il ne s’en tient pas à ces symboles. Il les accompagne d’objets propres à créer une atmosphère de richesse et d’exotisme, une évocation de voyages lointains. À ce moment-là, il devient officiellement le grand peintre de la matière et de la nature-morte qu’il restera.  Dans leur emplacement original (au-dessus d'un porte)  les deux toiles  des attributs des sciences se développent en frise sur toute la largeur dans un espace composé de deux registres parallèles, séparés par la balustrade en pierre. Des faisceaux d’oblique – les pinceaux, les rouleaux de cartes et la longue vue – créent une dynamique dans cette composition bien rythmée. Ces deux peintures avaient été commandées pour une bibliothèque parisienne où elles étaient accrochées assez haut. Elles avaient donc été composées pour être vues de dessous.


Rappel biographique :  Jean-Baptiste-Siméon Chardin est considéré comme l'un des plus grands peintres français et européens du 18e siècle. Célèbre pour ses scènes de genre et ses pastels, il est aussi  reconnu pour ses natures mortes dont il reste le maitre incontesté. D'après les frères Goncourt, c'est Coypel qui en faisant appel à Chardin pour peindre un fusil dans un tableau de chasse, lui aurait donné le goût pour les natures mortes. Ces deux tableaux de réception à l'Académie Royale de peinture sont tous deux des natures mortes, La Raie et Le Buffet qui se trouvent aujourd'hui au Musée du Louvre.  Chardin devient ainsi peintre académicien « dans le talent des animaux et des fruits », c'est-à-dire au niveau inférieur de la hiérarchie des genres alors reconnus. Et c'est sans aucun doute Chardin qui va lui donner ses lettres de noblesse et en faire un genre pictural égal, voire même supérieur à bien des égards, aux autres.
Les natures mortes qu'il peindra plus tard (à partir de 1760) sont assez différentes des premières. Les sujets en sont très variés : gibier, fruits, bouquets de fleurs, pots, bocaux, verres...  Chardin semble s'intéresser davantage aux volumes et à la composition qu'à un vérisme soucieux du détail, ou aux  effets de trompe-l'œil. Les couleurs sont moins empâtées. Il est plus attentif aux reflets, à la lumière : il travaille parfois à trois tableaux à la fois devant les mêmes objets, pour capter la lumière du matin, du milieu de journée et de l'après-midi. On peut souvent parler d'impressionnisme avant la lettre.

2015 - A Still Life Collection 
Un blog de Francis Rousseau, #AStillLifeCollection, #NaturesMortes 

samedi 1 août 2015

Willem Kalf (1619-1693) - Bodegon con un Aquamanile, una fruta y una taza Nautilus,





Willem Kalf (1619-1693) 
Bodegon con un Aquamanile, una fruta y una taza Nautilus, c.1660
Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid

Que voit on ? Dans un riche décor de tapis d'orient et de tentures précieuses, cette nature morte d'apparat présente, posée sur un monumental plateau d'argent ciselé et sculpté de gauche à droite : deux fruits (grenades ?  kakis ?) posés dans les plis du tapis, une aiguière en porcelaine "blanc-bleu" ornée de bronzes, une gigantesque coupe-saladier en porcelaine de même provenance sertie de divers ornements en bronze doré contenant des fruits secs et de laquelle déborde un citron pelé. A l'arrière plan un coupe Nautile dont le pied sans doute en bronze est caché par le premier plan. Autant de symbols des vanités terrestres que viennent  tempérer  par la présence au premier plan d'un  écorce de citron en spirale,qui symbolise le déroulement de la vie terrestre.

Rappel biographique  : Le peintre néerlandais Willem Kalf est le l'un plus grands peintres de nature morte de son époque. Il travaille à Paris entre 1642 et 1646. Il retourne aux Pays-Bas et vit d'abord à Hoorn, puis s'installe en 1653 à Amsterdam. La qualité de ses œuvres le fait comparer à  Johannes Vermeer (1632-1675) pour le velouté des rendus de matières.