samedi 26 mai 2018

Emile Bernard (1868-1941)



Emile Bernard (1868-1941)
Pots de grès et pommes 1887
Musée d'Orsay, Paris

Que voit on ? Sur un entablement  de granit deux pots en grès dont un a la forme d'une grosse lampe à huile et deux pommes l'une jaune et l'autre rouge. Deux petits fruits  pas très facilement identifiables occupent la droite de la composition comme des points de suspension dans une phrase.
A propos de cette toile la notice d'oeuvre du Musée d'Orsay précise :
" Par la composition, le choix des fruits et des objets représentés, Bernard manifeste dans cette toile son admiration pour Cézanne dont il voit des oeuvres dans la boutique du père Tanguy. Mais Pots de grès et pommes rend également compte des recherches propres à l'artiste pour simplifier et cloisonner strictement les différents plans colorés qu'il cerne d'un trait noir. La profondeur est suggérée par les ombres et la succession de trois bandes horizontales colorées, au centre desquelles se détachent fruits et pots modelés par la couleur et la matière.
C'est sans doute ce tableau peint à Asnières et diverses études que Van Gogh voit avant son départ pour Arles. Tandis qu'il entreprend lui-même une nature morte, en août 1888, Van Gogh écrit à Bernard qu'il reste impressionné par "je ne sais quoi de volontaire, de très sage, je ne sais quoi de fixe et de ferme et sûr de soi". Il ajoute même "Mon cher, tu n'as jamais été aussi près de Rembrandt".
Quelques mois après avoir peint ces Pots de grès et pommes, Bernard rencontre Gauguin à Pont-Aven. La collaboration entre les deux hommes se révèle déterminante pour la mise au point des techniques synthétistes et cloisonnistes. Bernard participe en 1889 à l'exposition organisée par Gauguin et ses amis au Café Volpini, au sein de l'Exposition universelle, révélant l'esthétique nouvelle prônée par le groupe de Pont-Aven. " 

Rappel biographique  : Le peintre et écrivain français Émile Bernard, est un peintre associé à l'école de Pont-Aven,  Ses œuvres les plus radicales ont été réalisées dans ses années de jeunesse (1887-1892) où il participe aux innovations stylistiques de la fin du 19e siècle : il inaugure le cloisonnisme avec Louis Anquetin et Paul Gauguin. Ses recherches sur la  simplification de la forme le conduisent vers le synthétisme puis le symbolisme.  En 1893, il part habiter en Egypte où il vivra plus de 10 ans.  Il n'a pas peint énormément de natures mortes qui n'étaient pas son sujet de prédilection.