samedi 3 novembre 2018

Vincent van Gogh (1853-1890) - Nature morte avec oranges et gants bleus


http://astilllifecollection.blogspot.com

Vincent van Gogh  (1853-1890)
Nature morte avec oranges et gants bleus, 1889
huile sur toile  (48 × 62 cm)
National Gallery of Art, Washington DC.
Collection of Mr. and Mrs. Paul Mellon.

Que voit on ?  Le peintre semble avoir été séduit par  les formes et les couleurs des agrumes rangés dans le panier en osier et par la façon dont leurs diverses formes lisses s'opposaient  au treillage de la paille séchée, le tout mis en valeur par les aiguilles épineuses des branches de cyprès.  Vincent van Gogh a peint cette nature morte  peu après sa sortie de l'hôpital, où il se remettait des journées tragiques vécues pendant le court séjour de Paul Gauguin à Arles. Dans une longue lettre à son frère Theo, en date du 23 janvier 1889, il mentionne la création de cette peinture parallèlement à plusieurs autres problèmes, notamment la nécessité de gagner de l'argent grâce à la vente de ses tableaux. On peut donc penser qu'il l'a peint la destinant explicitement à un marchand. Dans cette même  lettre, Van Gogh insiste sur l' «allure chic» de ce tableau, due sans doute à l'inclusion des gants bleus (qui sont pourtant de simples gants de jardinage !).   " Cette peinture révèle le sens extraordinairement original de la couleur qu'avait Van Gogh, ainsi que sa façon extrêmement expressive d' appliquer la peinture, à travers l'évocation de la peau cireuse des différents fruits, de la fourrure hérissée des branches et  de la matière molle des gants usés.  "
Ce tableau qui faisait partie de la Collection Melllon légué a la National  Gallery de Washington  était l'un des favori de Rachel «Bunny» Mellon, qui l'avait acquis, avec son mari, en 1962.
Bunny Mellon était une horticultricc, paysagiste et un collectionneuse passionnée.  Elle aimait tant ce tableau  qui concentrait si bien plusieurs de ses passions qu'elle demanda à ce qu'il reste accroché chez elle  jusqu'à sa mort en mars 2014, malgré la donation que son mari avait faite à la National Gallery of Art en 1999.... Ce qui fut respecté.

Rappel biographique : Le peintre franco-hollandaisVincent van Gogh a peint énormément de natures mortes dont les plus célèbres sont sans doute constituées par la série des sept tableaux "Les tournesols " qu'il peignit à Arles entre Août 1888 et Janvier 1889. D'autres natures mortes moins célèbres  permettant de passer en revue a peu près tous les styles du peintre, ont été exécutées à diverses époques de sa vie. Van Gogh peignait sur des toiles souvent déjà apprêtées, qu'il pouvait réutiliser, soit en grattant l'œuvre précédente, soit en la recouvrant d'une nouvelle couche. Il employait  certains pigments instables, entraînant une modification des couleurs sous l'effet de la lumière, dont la laque géranium qui perd sa teinte rouge avec le temps. Les couleurs originelles sont donc souvent perdues, entraînant des difficultés de restauration. Pour certains tableaux les restaurateurs ont décidé de ne pas « recoloriser » le tableau, mais se sont contenté  de stopper les dégradations et de proposer un éclairage avec des filtres colorés pour restituer les teintes d'origine.
Pour les historiens de l’art, Van Gogh est un précurseur qui a ouvert à la peinture de nouvelles voies. Par exemple, Derain et Vlaminck sont directement rattachés à l'art de Van Gogh « par l'emploi de couleurs pures en larges touches ». Pour les amateurs d'art, il reste un maître à l’égal de Leonard de Vinci ou de Rembrandt avec une production très importante et une trajectoire artistique fulgurante en durée et par ses styles.  Pour d'autres par contre comme Salvador Dali, dont les avis à l'emporte pièce étaient connus, Van Gogh était " tout sauf un peintre ". Pour le grand public, l'œuvre  de Van Gogh est aujourd'hui accessible dans les plus grands musées du monde.
 Dans sa dernière lettre, trouvée dans sa poche le jour de son suicide, Vincent van Gogh  écrit : « Eh bien vraiment nous ne pouvons faire parler que nos tableaux »

2018 - A Still Life Collection 
Un blog de Francis Rousseau